Pourquoi vous devez marketer comme si vous vendiez des céréales
Pourquoi vous devez marketer comme si vous vendiez des céréales

Tony le tigre a une paire de leçons de marketing pour vous.

Alors que la tendance actuelle est à l’avoine et à l’évitement de toute nourriture sucrée ou considérée comme mauvaise pour la santé, à l’heure de ma jeunesse (hier), l’on trouvait, au petit matin, une boite de céréales sur la table. Un petit déjeuner sucré mais également culturel. La boite offrait quelques blagues, labyrinthes, quizz, bandes dessinées ou autres jouets dans le paquet. Un mini coffre aux trésor pour le moi gamin d’alors.

Le choix d’une boite de céréale, perdue dans la multitude de marques, couleurs, textures (au-delà même du contenu potentiel) se jouait sur l’apparence de celle-ci. L’offre visible sur le paquet. Parce qu’enfant, c’était l’élément déclencheur de la décision d’achat. Les céréales “savaient” ce que je voulais.

Et faisaient en sorte de me le vendre.

 

Les équipes en charge du design et du contenu présent sur ces boites cartonnées réussissaient à construire un point entre divertissement, éducation et vente et ce de bien meilleure manière que la grande majorité des soi-disant experts marketing actuels.

Et c’est bien là l’essence du rôle de marketeur. Essayer de vendre un produit ou rechercher des clients potentiels prêts à payer pour vos services ne va pas vous emmener bien loin si vous vous contentez de les supplier d’acheter.

Sérieusement, pourquoi est-ce qu’ils décideraient d’acheter ?

Pourquoi est-ce qu’ils devraient tout simplement en avoir quoique ce soit à faire ?

C’est ton boulot, marketeur ! Divertis le chaland. Eduque le prospect. Puis vends au client ! L’ordre des choses ne change pas. Le marketing est une dance et ne pas en suivre le rythme c’est s’assurer de marcher sur les pieds de son/sa partenaire. 

 

Leçon deux : est-ce que vous connaissez votre audience ? 

Alors que, gamin, la boite de céréales était un achat facile pour les parents, ce n’est désormais plus le cas. Les ventes sont en baisse, même sur les marchés historiques. Aux USA, les ventes annuelles sont passées de 9,6 milliards de dollars en 2012 à 8,75 milliards en 2016 (données Nielsen). Et la tendance ne s’inverse pas.

Pour une raison bien simple … .

Lors de nos tendres années (nous vieux cons trentenaires perdus entre “boomers” et ‘vrais’ “millennials” nos parents achetaient la boite de céréales que nous voulions. De fait, nous, enfants, étions l’audience primaire et les boites étaient créées pour nous.

Dorénavant, les parents tendent à acheter les céréales, ou autres produits, qu’ils veulent pour leurs enfants. En particulier les produits “bio” ou allégés en sucre. Tout pour une meilleure santé.

Et ces boites à l’ancienne ne sont pas adaptées aux parents. Bien sûr qu’elles ne les divertissent pas, elles ne les éduquent pas et elles ne (se) vendent pas. Elles continuent à vendre à une clientèle infantile qui, dans ce domaine, n’a plus le pouvoir de décision.

Quand une audience change, qui plus est de façon dramatique, et que les marques n’y prêtent pas (suffisamment) attention, l’histoire ne peut malheureusement se terminer que d’une seule manière …

Cela pourrait vous intéresser…