Les tendances marketing de contenu pour 2018
Les tendances marketing de contenu pour 2018

Le marketing de contenu (content marketing) est bien parti pour continuer sur sa lancée. Pour preuve quelques chiffres tirés d’une étude récente du “Content Marketing Institute” :

  • 89% des marketeurs B2B (“Business to business”) utilisent le marketing de contenu.
  • 62% ont obtenu plus de résultats et succès avec le marketing de contenu qu’ils n’en avaient obtenus l’année précédente.

Alors que 2018 débute, cette étude montre que les marques prennent de plus en plus le marketing de contenu au sérieux, augmentant leurs investissements dans le domaine. De la même manière, les contenus et préférences évoluent avec le temps. Nous avons donc compilé, ci-dessous, les tendances majeures pour 2018.

 

1. La croissance de la réalité augmentée

Au-delà du buzz de la VR, toujours chère, trop immersive et contraignante, la réalité augmentée présente une vraie opportunité en termes d’applications pour le marketing. On peut déjà voir divers usages ici et là (app Ikea par exemple) et avec l’amélioration de la technologie, l’expérience utilisateur devrait également s’améliorer. Et avec des sociétés comme Apple poussant la réalité augmentée, nul doute que la technologie va continuer à croitre.

 

2. Le marketing de contenu va continuer à prendre des parts de la publicité traditionnelle

Initialement, le marketing de contenu se situait à l’exact opposé de la publicité. La crème de la crème du contenu atteignait des sommets par le biais de sa qualité. A l’inverse, la publicité ne se basait, principalement, que sur les sommes payées. De nos jours, les lignes ont tendance à se croiser – les contenus sponsorisés, par exemple, à mi-chemin entre création de contenu et publicité payante – et il est important de garder à l’esprit une volonté d’attirer clients et prospects en proposant du contenu de qualité plutôt que d’essayer de vendre à tout prix (et à tous prix publicitaires).

 

3. Les contenus accessibles pour tous

Il s’agit d’une tendance relativement récente. Les marques commencent à prêter attention aux populations atteintes de handicap (aveugles, sourds, etc.). Nous n’en sommes encore qu’aux débuts mais il est positif de constater que certaines marques intègrent désormais ces populations dans leurs stratégies marketing. Une démarche également facilitée par les évolutions technologiques et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) facilitant, par exemple, le fait d’ajouter une description écrite d’une image pour les personnes ne pouvant pas la voir.

 

4. LinkedIn 2.0

Que ce soit pour les grandes marques comme pour les petites entreprises, LinkedIn est LA plateforme du moment. La fin d’année 2017 l’a montré, LinkedIn semble avoir trouvé un second souffle et se pose, enfin, en Facebook du B2B. A l’heure actuelle, il s’agit d’une plateforme à ne pas négliger en termes de présence, visibilité et promotion. Et avec l’apport de la vidéo, LinkedIn est déjà au sommet de la tendance 2018.

 

5. Facebook se cherche, Instagram domine

Certes, ces derniers temps, Facebook semble chercher un cap. Entre modifications du “news feed” et volonté de donner préférence aux relations/amis plutôt qu’aux marques. En attendant, Facebook c’est aussi Instagram qui fonctionne à plein, tirant avantage des tendances photo et vidéo (tout en s’appuyant sur le réseau FB). Les marques y sont, les audiences y sont. L’année s’annonce belle pour Instagram.

 

6. Snapchat toujours en retrait

Snapchat semble se battre pour essayer de garder la tête hors de l’eau en ce moment. L’outil a eu de belles heures mais ne voit plus vraiment de croissance. Malgré de récentes mises à jour – et la possibilité, dorénavant, de partager au-delà du réseau (un potentiel d’utilisation des filtres, toujours de qualité, pour créer un post) – l’application tient désormais plus du gadget que de l’outil marketing.

 

7. Le marketing d’influence dans la continuité

Les statistiques sont en faveur du marketing d’influence. Avec cela, le nombre d’agences “spécialisées” continue de croître, les influenceurs actuels structurent leur approche et ont gagné en expérience et l’on voit, désormais, monter en puissance les micro-influenceurs. La différence, au-delà du prestige, va se faire sur la capacité de ces influenceurs à développer des modèles de prix pertinents et, surtout, fournir des statistiques et démontrer un retour sur investissement. Avec un peu plus de maturité, les prétendus influenceurs devraient être plus facilement identifiables par les marques et laisser place aux “vrais” influenceurs.

 

8. Le mobile va continuer à prendre des parts de marché

La tendance est au “mobile-first”. Les expériences (contenus) sont créés, en priorité, pour être vus sur mobile (smartphone ou tablette). C’est aujourd’hui une quasi-nécessité (au-delà d’avoir un site qui soit également optimisé pour mobile). Plus de la moitié de la population consomme du contenu sur mobile et, aux Etats-Unis, un individu passe, en moyenne, 3 heures par jour sur son mobile (Mary Meeker’s 2017 Internet Trends Report).

 

9. Les beaux jours du “storytelling”

Storytelling, c’est l’art de raconter une histoire. Au-delà du buzzword, c’est l’histoire du marketing bien fait. Au lieu d’un morceau de contenu sans logique, le storytelling implique de créer une narration, mettre en scène une marque, un produit et faire progresser l’histoire. On voit aujourd’hui toutes sortes de contenus créés et publiés sans lien clair avec une marque ou un produit. Avec un peu plus de maturité, le storytelling – et le marketing de contenu de qualité – va être amené à remplacer ces contenus pauvres.

 

10. Données et statistiques

Les marketeurs gagnent en expérience, les outils s’améliorent et il devient dorénavant crucial de fournir des résultats chiffrés. La manière dont les meilleurs marketeurs sortent du lot – au-delà de campagnes réussies – est leur capacité à utiliser statistiques et données. Non seulement pour prendre des décisions éclairées et éviter de perdre temps et argent mais également pour justifier leurs résultats.

 

11. La croissance du recyclage de contenus

Le recyclage de contenu ? En l’occurrence, il s’agit de ré-utiliser des contenus existants (et qui créent de l’interaction) sur d’autres réseaux. Partager ne suffit pas. Partager un contenu adapté à chaque réseau et sensiblement différencié est la clé. Si un article de blog fonctionne plutôt bien, vous pouvez utiliser des phrases clés sur Twitter par exemple. L’article présente des chiffres ou statistiques ? Créez un visuel reprenant ceux-ci et partagez sur Instagram voire Twitter. Etc. C’est une stratégie gagnante, non seulement parce qu’elle s’appuie sur l’usage de contenus qui ont déjà trouvé une audience mais également car c’est un gain de temps pour les marketeurs. Recycler un contenu est plus simple que d’en créer un nouveau.

 

12. La modification du planning de contenu

Au lieu de créer du contenu sur la base :

Audience > Message > Canaux (un message pour l’audience délivré de manière identique sur tous les canaux)
On va, espérons, voir plus de :

Audience > Canaux > Message (un même message mais adapté dans sa forme et son ton aux canaux)

Enfin, alors que l’année est lancée, il est important de ne pas oublier que le marketing de contenu n’est pas un sprint mais un marathon. Les efforts portent leurs fruits sur la durée.

Cela pourrait vous intéresser…