Le growth hacking pour les en******
Le growth hacking pour les en

C’est comme le “growth hacking pour les nuls” mais pas pour les nuls.

Donc vous voulez “hacker” la croissance. Et vous êtes un marketeur pas (totalement) nul – mais également sans scrupules. Voici 5 conseils de growth hacking pour vous permettre de “hacker” de la croissance, à fond, sans avoir à faire face à vos petites insécurités ni devoir vous lancer dans un processus, oh combien, inconfortable, de génération d’idées originales.

Allez, commençons la liste des 5 “hacks” pour … vous !

 

1. L’erreur monumentale

Bien sûr que les “pop-ups” fonctionnent. Et Google n’a effectivement pas annoncé réduire la portée des pages qui en usent ou en abusent. Alors, oui, une fenêtre qui saute au visage de vos visiteurs comme une vieille marionnette sortie du grenier, c’est une recette qui marche. Mais comme vous êtes un/une <insérez dénomination insultante> vous allez, comme de bien entendu, en rajouter une couche et vous assurer que tout visiteur qui ose penser à décliner  votre offre ne puisse pas le faire sans admettre qu’il/elle commet une erreur monumentale. A côté du bouton “Valider”, sur votre formulaire, assurez vous d’inclure l’option “Non. Je veux mourir ruiné(e), abandonné(e) de tous, dans le caniveau” ou toute tirade équivalente.

 

2. La réalité virtualisée

Beaucoup trop de marketeurs perdent leur temps en considérations. Ils étudient les besoins et attentes de leurs prospects. Cela ne constitue, en aucun cas, un “hack”. Au lieu de perdre du temps en études et analyses, présumez du fait que le client veut ce que vous avez à offrir. Contentez vous de supposer ; ce qui aura pour effet de tordre le continuum espace-temps et plier la réalité à l’ordre de votre supposition. Essayez une offre du type: “14h00, mardi prochain, ça vous convient ?” (Ca marche aussi pour Tinder en fait. Envoyez juste une image de vos parties avec un lien vers votre calendrier).

 

3. Offrez un café

Identifiez un(e) ami(e) qui a un jour serré la pince d’une “personnalité” ou d’un “influenceur” à la fin d’une présentation au SXSW. Les <insérez dénomination insultante> sont bien souvent amis avec d’autres <insérez dénomination insultante> de fait, cet(te) ami(e) vous présentera sans problème – et sans demander à cette personne si elle est intéressée d’aucune manière – à cette personnalité. A partir de là, présentation faite, cette personnalité devient tout naturellement votre ami(e), votre chose, votre propriété. En cela, il/elle est bien évidemment obligé(e) de vous laisser l’inviter pour un café – et quelques conseils – demander de l’aide et de vous présenter d’autres personnalités sur la base, simple, de votre besoin fondamental de valider votre existence. Si ladite personnalité ne donne pas suite à votre demande (exigence ?), abonnez le/la par défaut à votre newsletter …

 

4. Cochez les cases

“Hacker” de la croissance est un peu moins simple quand votre audience se désinscrit continuellement de vos listes d’emails. Pour remédier à ce souci d’audience, ajoutez une nouvelle case – et catégorie – dans les préférences d’email. Pourquoi c’est cool ? Parce que c’est une nouvelle catégorie et que vous pouvez donc envoyer un email à tout le monde. Et oui beta, ils ne se sont désinscrits que des anciennes catégories ! Futé non. Comme prendre un nouveau numéro de téléphone quand votre ex et tous vos “amis” ont bloqué votre numéro actuel.

 

5. Psychose

Un site web ? Tellement Internet Explorer – lire, “dé-pa-ssé”. Il vous faut une app pour faire du growth hacking. Et dès qu’un visiteur s’égare sur votre site mobile, assurez-vous de les saisir à la gorge pour leur rappeler à quel point leur vie serait bien plus complète s’ils installaient votre app. Et comme l’audience a une mémoire de poisson rouge – ce sont les études qui le disent – assurez-vous de le leur rappeler souvent. A leur entrée sur le site. Puis 10 secondes plus tard puis à chaque fois qu’ils cliquent sur “En savoir plus” (après tout, ils sont demandeurs) … . Et si jamais ça ne suffit pas, vous pouvez toujours vous lancer en guerilla marketing. Pénétrer dans leur maison à la nuit tombée et punaiser un flyer avec icones App Store et Google Play pour leur rappeler que votre app est bel et bien disponible pour tous (et qu’il faut la télécharger).

 

Et voilà. Cinq cas d’écoles pour “hacker” la croissance. Avec un peu de travail et de patience, ça devrait suffire à évacuer ce sentiment rampant d’insécurité et solitude qui hante votre petite mais néanmoins <insérez dénomination insultante> personne. Alors à vous “hackeur” de croissance, je lève mon verre car vous voilà en route vers les sommets !

 

[Note – si besoin – cet article est rédigé de manière satirique – et sarcastique – et ne constitue pas, au premier degré, un guide d’actions à mener]

Cela pourrait vous intéresser…