3 éléments clés pour augmenter sa portée organique sur Facebook
3 éléments clés pour augmenter sa portée organique sur Facebook

Malgré les récents soucis de Facebook, la plateforme n’a pas vraiment perdu son attrait. Que celui ou celle qui a réellement effacé son profil me jette la première pierre. Les premiers constats pointent vers … un statu quo. Les utilisateurs sont toujours là et les taux d’engagement n’ont pas baissé.

(Si c’est la cas pour vous, il faudrait peut-être que l’on se parle car le souci n’est pas nécessairement Facebook)

 

Certes les pages entreprises souffrent toujours des récents changements de l’algorithme Facebook visant à donner plus de visibilité à la famille et aux amis. Le but, pour la Zuckerberg company étant de « forcer » les entreprises et les marques à passer par des communications payantes pour compenser des portées organiques qui restent restreintes même pour des pages disposant de dizaines de milliers de « Likes ».

Cela ne veut pas dire, toutefois, que vous devriez abandonner Facebook. Loin de là. En jouant sur votre stratégie et vos contenus, vous pouvez compenser cette portée restreinte même sans passer par de la communication payée. C’est l’art de créer un « post » qui va marcher. Je vous donne, à suivre, 3 pointeurs pour commencer à améliorer vos contenus et, par extension, votre portée organique :

 

  • Image

Oui, il vous faut une image. Sur Facebook, il s’agit probablement de l’élément le plus important quand vous créez un post. On parle d’une plateforme visuelle et la capture d’attention se joue sur un simple coup d’œil. Un texte sans visuel … Pourquoi pas, une fois de temps en temps avec un bon titre. Un post avec une image comme accroche, oui. Avec une contrainte, limitez le texte dans l’image sous peine de perdre votre avantage. Voire vous retrouver dans les oubliettes Facebook.

Choisissez une image qui raconte l’histoire de votre contenu et essayez de faire en sorte qu’elle ressorte (couleurs, design, etc.) sur la page. Votre audience vit Facebook de la même manière que vous ; un déroulement rapide des contenus et un temps d’arrêt sur un titre ou un visuel.

 

  • Tags

Utilisez des “tags”. Non pas des hashtags (j’y viens plus tard) mais des mentions – de personnes, amis ou non, entreprises et marques. A user de manière intelligente et justifiée bien sûr mais rien qu’un partage d’un contenu créé par une grande marque tout en les mentionnant et leur donnant une tape – digitale – dans le dos est un bon moyen de voir ladite marque réagir voire partager le commentaire. Et là, bingo ! Leur audience devient votre audience le temps d’un partage. Pour mentioner des personnes ou marques, utilisez le “@” puis commencez à taper leur nom. Facebook devrait alors vous proposer des comptes correspondants (à la manière de Twitter ou Linkedin). Assurez-vous juste que ce soit la bonne société – ou personne – quand nombre de comptes partagent un même nom.

 

  • Hashtags

Certes Facebook n’est pas Twitter ou Instagram où les hashtags sont des armes de communication massive (avec les risques associés). Ceci dit, Facebook a également adopté la pratique (raisonnable) des hashtags et il serait dommage de ne pas en tirer parti. Il est donc bienvenu d’ajouter une paire de hashtags, sans se lancer dans du spamming à la Twitter ou Instagram, qui tendent à augmenter la portée et l’audience d’un post.

 

Alors, oui, disposer d’un budget Facebook, en 2018, offre un réel avantage, cependant, en mettant en place des stratégies et utilisant des conseils de ce type, il est possible de conserver une portée organique solide voire même de la faire croître. C’est mon expérience récente sur une page sans le moindre budget et avec une portée totalement organique et une audience en croissance (solide et continue, au-dessus de la moyenne de l’industrie et des concurrents directs).

Cela pourrait vous intéresser…